Menu
Shopping

Akewa, le prêt-à-porter engagé

Akawe, c’est une mode hommage au continent africain imaginée par François Aveyra, né d’un père gabonais et d’une mère française, et installé à Marrakech depuis 2016. Esprit libre et voyageur, c’est entre Paris, Rome, Libreville, New York et Londres qu’il aiguise son goût pour la mode. Au milieu des années 80, il court les défilés et les soirées branchées et fait son apprentissage dans de grandes maisons. Ses passages chez Balenciaga, Thierry Mugler, Jean-Paul Gaultier et Raniero Gattinoni lui donnent le goût de la création. Booker pour City Models dont Carla Bruni était l’un des visages emblématiques, et pour d’autres agences de mannequins, il devient styliste pour de prestigieuses centrales d’achat comme les Galeries Lafayette, le Printemps et Monoprix, puis il endosse pendant un temps le rôle de directeur de casting pour des grandes marques comme Carven.

En 2015, alors qu’il dirige sa propre agence de photographie, hair stylist et make-up artist, il décide de prendre un nouveau départ. Son désir de retour aux sources lui fait prendre la direction de Marrakech ou il puise une partie de son inspiration. Il crée ici sa marque de prêt-à-porter et accessoires Akewa (« merci » en mpongwe, dialecte du Gabon) qui valorise les coupes modernes, les effets de matière et le wax, emblématique de la culture panafricaine. François chine ses étoffes dans les différents pays d’Afrique (Sénégal, Gabon, Mali, Cameroun, Côte d’Ivoire…) . Bogolan, lepi, mandjak, wax, melfah, indigo, kuba sont mixés avec du coton, du velours, du cuir, du jersey. Résultat ? Un vestiaire à l’esprit pop qui détonne par sa palette de couleurs. Les sweats sont rehaussés de broderies, les velours côtelés parés de motifs colorés, les bombers et vestes enrichis de formes graphiques, les robes et kimonos ornés de délicates passementeries. Des pièces esthétiques mais aussi porteuses de messages forts comme ; « No one is illegal », « Human right for all » ou « Refugee’s got talent ». Ds valeurs que la marque incarne également sur le plan éthique en valorisant l’emploi des subsahariens et le production locale. Tout ce que j’aime.

J’ai craqué pour deux chemises en coton, l’une blanche avec en col plissé en tissu imprimé et l’autre à carreaux bleus avec du wax sur les manches, le col et la poche.

Depuis la crise sanitaire François a fermé sa boutique de la médina et reçoit chez lui dans un petit show-room qu’il a aménagé à Assif. Ses créations sont également présentes au MACAAL.

Sur rendez-vous en appelant le 0629772652

 

No Comments

    Leave a Reply