Menu
A la Une

Un bestiaire extraordinaire

Si vous n’êtes pas encore allés voir les rouleaux du peintre japonais Ito Jakuchu au Petit Palais, dépêchez-vous, car l’exposition de ces chefs-d’oeuvres révélés pour la première fois en Europe dans le cadre de la manifestation Japonismes 2018 se termine le 14 octobre. Prêtées par l’Agence de la Maison impériale du Japon, ces oeuvres n’ont quitté le japon qu’une fois en avril 2012.

Figure singulière de la période Edo (1603-1867), Jakuchu(1716-1800) mit près d’une décennie à peindre cet ensemble de trente rouleaux de soie intitulé « Images du royaume coloré des êtres vivants » qui représentent fleurs, poissons, oiseaux, insectes, constituant une étude attentive et rigoureuse de la flore et de la faune, filtrée par l’imagination fertile de l’artiste. Jakuchu utilisait des pigments d’origine minérale. Pour l’or, il appliquait sur le revers de la soie une couleur ocre et pour le blanc, il utilisait du blanc de perle sur les deux côtes de la soie pour donner de la profondeur et du volume aux flocons de neige.

J’ai été fascinée par la finesse du trait, les nuances intenses et la somptuosité des couleurs. Les plumes des oiseaux sont incroyablement réalistes tout comme les écailles des poissons qui brillent ou la neige, presque palpable. Cette fascination est partagée par le collectif japonais teamLab qui crée des oeuvres numériques à partir des peintures de Jakuchu qu’il considère comme un précurseur du pixel d’art.

No Comments

    Leave a Reply